Kirchenlied - Kirchenlied

Un Article De Wikipédia, L'Encyclopédie Libre

Pin
Send
Share
Send

Kirchenlied
Kirchenlied (Texte) - 2. Aufl. 1938.jpg
Page de titre de l'édition textuelle, deuxième édition, 1938
LangueAllemand
GenreHymne
Publié1938 (1938)
Éditeur

Kirchenlied ("Chanson d'église") est un allemand catholique hymne publié en 1938. Il s'agissait d'un recueil de 140 chansons anciennes et nouvelles, y compris des hymnes d'auteurs protestants. C'était la graine d'un hymne catholique commun qui a été réalisé des décennies plus tard, dans le Gotteslob (1975).

Histoire

Kirchenlied a été publié en 1938 par Josef Diewald [de], Adolf Lohmann et Georg Thurmair.[1] C'était une collection de 140 chansons de différentes périodes, commençant au 16ème siècle, et elle comprenait plusieurs protestant ainsi que dix des propres chansons de Thurmair.[2] Connu sous le nom de "Standard Songbook",[3] il a été conçu pour être un hymne commun pour les catholiques germanophones.[2]

Kirchenlied a d'abord été publié par le Jugendhaus Düsseldorf [de], sous-titré Eine Auslese geistlicher Lieder für die Jugend ("Une sélection de chants sacrés pour les jeunes"). Le hymne, contrairement à d'autres publications de Thurmair, n'a pas été immédiatement interdite par le Nazis, à cause de ses nombreuses chansons protestantes.[2] Dès la quatrième édition, le sous-titre a été raccourci en "Eine Auslese geistlicher Lieder" car il était généralement accepté, pas seulement par les jeunes. Il a été publié par le Christophorus-Verlag, alors membre de la Verlag Herder.[2]

Kirchenlied était significatif pour œcuménique chant d'église en allemand et est devenu la graine pour le 1975 Gotteslob. 75 de ses chansons ont été incluses dans le Gotteslob.[2]

Disposition

Chanson n ° 59, Le Christ ist erstanden, édité par Alfred Riedel, pages 74/75

L'hymne est apparu dans une édition textuelle (Textausgabe) et une édition avec partitions musicales (Notenausgabe). Le design extérieur était simple. Les livres de musique étaient en partie en deux couleurs, avec les en-têtes et Personnel rouge, texte et notes noirs. Alfred Riedel était responsable de la mise en page avec ses grands en-têtes structurants pour les sections, et une couverture qui montrait un stylisé vue de la Altenberger Dom. Le adjacent Haus Altenberg était à partir de 1926 le centre du mouvement de la jeunesse catholique. L'hymne n'avait pas d'illustrations et comprenait des chansons dérivées de chant grégorien, rendu sans rythme et mètre.[1]

Les sujets

Les chansons sont regroupées par thèmes, qui sont marqués par des en-têtes de section. Les chants de louange générale et de pétition sont suivis de chants pour les occasions de l'année liturgique, de chants vénérant Les saints (Heiligenlieder), des chansons pour les moments de la journée, des chansons sur la mort et la mort, et des hymnes pour la célébration de Masse. Tous sauf le dernier en-tête sont les incipits des hymnes.[1]

  • Großer Gott, wir loben dich (1–7) - Louange
  • Unsere Zuflucht, Gott, du bist (8–20) - Pétition
  • Es kommt der Herr der Herrlichkeit (21–29) – Avènement
  • Es ist ein Ros entsprungen (30–44) – Noël
  • Mir nach! spricht Christus (45–48) - À la suite de Jésus
  • O du hochheilig Kreuze (49–58) – Passiontide
  • Erschienen ist der herrliche Tag (59–68) – Pâques
  • O Jesu Christe wahres Licht (69–80) – Pentecôte
  • Kommt her, des Königs Aufgebot (81–85)
  • Gegrüßet seist du, Maria (86–99) – Marie
  • Ihr Freunde Gottes allzugleich (100-107) - Saints
  • Der Tag ist aufgegangen (108-116) - Matin
  • Mein Gott, wie schön ist deine Welt (117-120) - De jour
  • Mit meinem Gott geh ich zur Ruh (121-128) - Soir
  • Wir sind nur Gast auf Erden (129-133) - Mort
  • Zur Opferfeier (134-140) - Messe

Chants d'origine protestante

La collection comprend 38 chansons, parfois abrégées, qui ont été écrites par des auteurs protestants, dont "Lobe den Herren", "Macht hoch die Tür" et "Wie schön leuchtet der Morgenstern". 26 d'entre eux ont été publiés ici pour la première fois dans un cantique catholique. Trois chansons de Martin Luther ont été inclus dans l'hymne ("Es kam ein Engel hell und klar", "Gelobet seist du, Jesu Christ" et "Gott Sei Gelobet und Gebenedeiet"), mais son nom n'a pas été mentionné; à la place, une référence temporelle," XVIe siècle ", a été utilisée.[1] Alors que l'inclusion de ces chansons a suscité des critiques, Bishop ou Mayence Albert Stohr, dans sa préface, félicite les éditeurs pour leur effort œcuménique: "Dank sei euch, daß ihr mit Liebe gesammelt habt, was uns an gemeinsamem Liedgut verbinden kann zu einem gewaltigen Gottbekenntnis aller Christen in deutschen Landen!" (Merci à vous, car vous avez recueilli avec amour une richesse commune de chants qui peuvent nous unir à une puissante profession de Dieu par tous les chrétiens des terres allemandes!)[1]

Chansons

Non.Incipit
1Dein Lob, Herr, ruft der Himmel aus
2Erde, singe
4Allein Gott dans der Höh sei Ehr
5Lobe den Herren, den mächtigen König der Ehren
6Großer Gott, wir loben dich
7Ein Haus voll Glorie Schauet
15Wer nur den lieben Gott läßt walten
16Était Gott tut, das ist wohlgetan
20Nun danket all und bringet Ehr
22O Heiland, reiß die Himmel auf
24Wachet auf, ruft uns die Stimme
25Macht hoch die Tür
26Macht weit die Pforten in der Welt
27Gott, heilger Schöpfer aller Stern [de]
29Unser lieben Frauen Traum
31Es ist ein Ros entsprungen
32Dans dulci jubilo
35Es kam ein Engel hell und klar
37Vom Himmel hoch, o Engel, kommt
39Zu Bethlehem geboren
41Gelobet seist du, Jesu Christ
42Lobt Gott, ihr Christen allzugleich
44Wie schön leucht 'uns der Morgenstern
52Herzliebster Jesu, était hast du verbrochen
54O Haupt voll Blut und Wunden
58O Traurigkeit, o Herzeleid
59Le Christ ist erstanden
60Gelobt sei Gott im höchsten Thron
62Laßt uns erfreuen herzlich sehr
64Erschienen ist der herrliche Tag
65Christ fuhr gen Himmel
67Nun mordu wir den Heiligen Geist
69O Jesu Christe, wahres Licht
70Liebster Jesu, wir sind hier
71Schönster Herr Jesu [de]
73Morgenstern der finstern Nacht
74Je vais dich lieben, meine Stärke
77Gott Sei Gelobet und Gebenedeiet
78Im Frieden dein, o Herre mein
88Ave Maria Zart [de]
96Nonne, Brüder, sind wir frohgemut
97Maria, Breit den Mantel aus [de]
100Herr Gott, dich loben alle wir
101Unüberwindlich starker tenue [de]
110Die güldne Sonne voll Freud und Wonne
111Die helle Sonn leucht 'jetzt herfür
114Aus meines Herzens Grunde
115Lobet den Herren alle, die ihn ehren
117Geh aus, mein Herz, und suche Freud
118Mein Gott, wie schön ist deine Welt
125Nun ruhen alle Wälder
129Wir sind nur Gast auf Erden [de]
130Ach wie flüchtig, ach wie nichtig
131Mitten in dem Leben sind wir vom Tod umfangen
134Zu dir, o Gott, erheben wir
135Gott in der Höh sei Preis und Ehr
138O du Lamm Gottes unschuldig

Littérature

  • Hartmann Bernberg: Singt dem Herrn ein neues Lied! Das deutsche Kirchenlied + Erbe und Aufgabe. Verlag Jugendhaus Düsseldorf, Düsseldorf

Les références

  1. ^ une b c e Labonté, Thomas (2008). Die Sammlung "Kirchenlied" (1938). Entstehung, Korpusanalyse, Rezeption (en allemand). Tübingen: Francke Verlag. pp. 27-30. ISBN 978-3-7720-8251-1.
  2. ^ une b c e Linner, Maria Margarete (2009). Lied und Singen in der konfessionellen Jugendbewegung des frühen 20. Jahrhunderts (en allemand). Francfort-sur-le-Main: Internationaler Verlag der Wissenschaften. pp. 42–54. ISBN 978-3-631-59148-2.
  3. ^ Sachs, Ruth Hanna (2005). Histoire de la rose blanche, volume II (version académique). Exclamation! Éditeurs. 168-169. ISBN 978-3-631-59148-2.

Pin
Send
Share
Send